GREVES DANS LE SECTEUR EDUCATION- FORMATION: IRRESPONSABILITE ET FAILLITE DU POUVOIR

Publié le par abib dodo

 

Les enseignants du primaire public, du secondaire général et technique, du supérieur et de la recherche scientifique  observent un mouvement de grève depuis presque trois semaines pour le respect des décrets portant sur reclassement indiciaire des enseignants des cycles primaires et secondaire et le  décret portant grille particulière des enseignants du supérieur et des chercheurs avec pour effets financier le 1er novembre 2009 pour les uns et  le 1er janvier 2009 pour les autres.

 Pour l’application de sa propre signature, l’Etat a demandé en toute illégalité à des fonctionnaires notamment ceux du secondaire,  de payer des primes d’encouragement (150 millions FCFA) à d’autres agents payés par l’Etat pour faire leur travail c’est-à-dire le positionnement des nouveaux salaires. Le 13 novembre 2009, les enseignants du secondaire et techniques se sont entendu dire, après une ponction de 5000 FCFA par salaire des 28 mille enseignants devant bénéficier du décret, qu’ils devront attendre la fin du mois de décembre.

Nous observons que depuis le déclenchement de ces grèves, le gouvernement affiche et continue d’afficher un mépris pour ces valeureux travailleurs. Il use de dilatoire, d’intimidations, comme la mise sous contrôle des salaires des responsables syndicaux ; le recours à la force publique et à la Fédération Estudiantine et Scolaires de Côte d’Ivoire (FESCI) pour molester et arrêter les grévistes ;  la manipulation de l’opinion publique en donnant des fausses informations sur les revendications des travailleurs. 

A la place de la concertation et des négociations le gouvernement a décidé de recourir à la répression contre les travailleurs. Certains grévistes, depuis trois semaines de grèves, notamment ceux du supérieur, n’ont pas encore été reçu par aucune autorité pour une quelconque discussion. Quelle forfaiture et  irresponsabilité de la part de ceux qui ont à charge de régler les problèmes des citoyens et qui proclament à qui veut l’entendre que la Côte d’Ivoire est riche. Oui, la Côte d’Ivoire est riche car elle n’a pas gagné autant d’argent ces vingt dernières années que pendant cette crise. Le gouvernement ivoirien et son premier responsable, le chef de l’Etat Laurent Gbagbo, ont habitué les ivoiriens aux fausses promesses. Ils n’ont aucun respect pour la parole donnée et pour leur propre signature. Le peuple de Côte d’Ivoire à travers les enseignants a compris qu’avec ces gouvernants, rien ne peut s’obtenir sans  la lutte ; même pour le respect de leur propre parole et signature, il faut les y contraindre par la lutte.

C’est pourquoi, la Jeunesse Communiste  de Côte d’Ivoire (JCOCI):

-         Apporte son soutien sans faille aux enseignants de Côte d’Ivoire et les appelle à persévérer dans la voie qu’ils ont choisie.

-          Appelle  à l’unité de luttes  des syndicats (du primaire, du secondaire et technique, du supérieur et des chercheurs) pour les même revendications  face au même employeur, l’Etat.

-         Appelle les syndicats d’enseignants à s’unir avec les vrais syndicats d’élèves et d’étudiants pour engager la lutte pour la sauvegarde de l’école publique, car la lutte contre les maux qui minent l’école (conditions de vie et d’études désastreuses des enseignants, des élèves et étudiants, corruption, rackets, violence, tricherie, impunité etc. ) impliquent tous les acteurs du système éducatif.

-                                               Appelle les élèves et étudiants à la retenue et à la solidarité avec leurs maîtres

-                                               Appelle les élèves et étudiants à ne pas céder à la manipulation de ceux qui défendent d’autres intérêts que ceux des élèves et étudiants à l’école.

-         Exige du gouvernement, en particulier du président de la république, le respect sans conditions de sa parole et de sa propre signature, en donnant satisfaction aux enseignants.

-         le tient responsable du génocide intellectuel en cours sous son pouvoir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article